• Le 02 décembre 2013

L’Université de Nantes a officialisé la création d’un Institut Universitaire Nantais de Criminologie (UNIC). Initié par Jean Danet, maître de conférences en droit privé et sciences criminelles, et l’équipe de pénalistes de l’UFR Droit et sciences politiques de l'Université de Nantes, cet institut unique en France par sa forme aura pour objectif de structurer la recherche développée au sein de l’Université de Nantes dans le champ de la criminologie et de la rendre visible au plan local, régional et national.

Depuis plusieurs années, de nombreux enseignants-chercheurs de l'Université de Nantes s'impliquent dans la compréhension du "phénomène criminel" (criminalité, déviance, violences, ordre public) et de la réponse qui y est faite, participant ainsi au développement d'une recherche nantaise en criminologie aujourd'hui reconnue tant au plan scientifique que par les acteurs concernés (notamment ceux du secteur de la justice). Pour rendre cette recherche plus visible, l'Université de Nantes a adopté la création d'un Institut Universitaire Nantais de Criminologie (UNIC). "L'objectif est de pouvoir structurer davantage les relations scientifiques qui existent déjà entre les chercheurs de l'université", expliquent Jean Danet. "Mais c'est aussi le moyen d'assurer la pérennité de ces liens, et de rendre cette recherche pluridisciplinaire plus visible et plus crédible encore à l'extérieur de notre université."

  • Une vocation pluridisciplinaire
Des chercheurs issus de divers laboratoires, départements et UFR de l'Université de Nantes ont déjà fait part de leur intention de participer à cet Institut Universitaire Nantais de Criminologie. Des membres du laboratoire Droit et Changement Social (DCS), du Centre Nantais de Sociologie (CENS) de l'UFR de psychologie de l'Université de Nantes mais aussi du Pôle Santé (médecine légale, médecine générale, pédiatrie, centre de ressources pour les intervenants auprès des auteurs de violences sexuelles), ont souhaité que leurs laboratoires et entités participent à cet institut fédératif. "La criminologie n'est pas une discipline mais un champ qui concerne aussi bien les médecins, les psychiatres, les géographes ou encore les économistes... C'est pourquoi nous avons souhaité que cet institut soit adossé à l'Université elle-même et non pas à une UFR en particulier et qu'il soit bien clair qu'il est ainsi ouvert à tous ceux qui directement ou indirectement travaillent ce champ." Les membres de l'institut ont confié au docteur Renaud Clément et au professeur François Rousseau, juriste, la mission d'établir avec les services de l'université les statuts de l'Institut qui a vocation à s'ouvrir à d'autres disciplines croisant le même champ de recherches.

  • Un maillage avec les acteurs locaux, nationaux et internationaux

Fonctionnant sur le modèle d'une fédération, l'Institut Universitaire Nantais de Criminologie permettra concrètement aux chercheurs impliqués de se rencontrer, de partager leurs réseaux et travaux de recherche respectifs et surtout de construire ensemble des projets communs. "L'ambition étant de vivifier la recherche, de la faciliter", souligne Jean Danet, "nous avons pensé l'institut comme un « label » marqueur d'une forte pluridisciplinarité mais aussi une structure légère, évolutive, dynamique." S'il n'a pas vocation à se substituer aux laboratoires et entités de recherche sur les appels à projets nationaux ou européens, l'Institut Universitaire Nantais de Criminologie a l'ambition de participer à la réflexion commune autour des problématiques de la sécurité et de la justice en nouant des relations fortes avec les institutions publiques ou associations au niveau local ou régional, national ou international. L'institut met aussi l'Université de Nantes en ordre de marche pour penser, à l'avenir, la création de formations pluridisciplinaires en criminologie au plan régional.